Grande scène

Du 6 juin au 26 juillet

une tonalité musicale différente chaque week-end

grande sceneEn prenant Paris et le Parc Floral comme centre d’accueil idéal, nous souhaitons partir à la rencontre des artistes qui font la création en choisissant chaque semaine un nouveau territoire. En 2009, nous avons choisi entre autres la Belgique, l’Italie, la ville de Vienne, l’Afrique, les terres marquées par l’univers gypsy… Autant d’espaces de pérégrination qui permettent de multiplier les croisements et les expériences entre les créateurs des lieux concernés et les artistes français.





Week-end n°1 TRANS BELGIAN EXPRESS

samedi 6 juin

06-06-09 Guillaume Orti13h30 dans La clairière des impros
Guillaume ORTI

On trouve à Guillaume Orti, très respecté de ses pairs, des filiations évidentes avec Steve Coleman ou Aka Moon. On a pu l’entendre avec Marc Ducret, Octurn, Andy Emler, Thôt… Il  s’intéresse à Ligeti et Bartok comme à Dave Holland ou aux maîtres du bop. Kartet, le collectif qu’il co-dirige, s’affirme aujourd’hui comme une influence majeure pour une génération de créateurs. Ses projets personnels sont autant de petits bijoux longuement mûris qui donnent à entendre une voie profondément originale à l’image de ce solo, occasion unique d’entendre au naturel ce musicien exceptionnel.

06-06-09 Robin Verheyen15h
Robin VERHEYEN 4tet avec Bill CARROTHERS
Robin VERHEYEN, Bill CARROTHERSa, Nic THYS, Dré PALLEMAERTS

Une enfance à Turnhout en terre flamande, de brillantes études musicales à Amsterdam, un long séjour à Paris et de nombreuses collaborations avec des créateurs italiens, allemands ou finlandais… Aujourd’hui installé à New York, ce saxophoniste de 26 ans personnifie la mondialisation du jazz belge. Récemment concrétisée par l’album Painting Space, l’inventivité de ce quartet (au sein duquel brille le pianiste Bill Carrothers) illustre l’ouverture d’esprit dont fait preuve Robin dans chacune de ses aventures.

06-06-09-maria-schneiderbjo16h30
Maria SCHNEIDER
with the BRUSSELS JAZZ ORCHESTRA
Frank VAGANEE alto sax, soprano sax, flute / Dieter LIMBOURG alto sax, soprano sax, flute, clarinette  /Kurt VAN HERCK ténor sax, soprano sax, flute, clarinette / Bart DEFOORT ténor sax, soprano sax / Bo VAN DER WERF baryton sax, basse clarinette, trombone / Marc GODFROID trombone / Lode MERTENS trombone / Ben FLEERAKKERS ou Frederik HEIRMAN trombone / Laurent HENDRICK basse trombone / Serge PLUME trompette, flugelhorn / Nico SCHEPERS trompette, flugelhorn / Pierre DREVET trompette, flugelhorn /Jeroen VAN MALDEREN trompette, flugelhorn / Rhythm Section Peter HERTMANS guitare / Nathalie LORIERS piano / Jos MACHTEL contrabasse / Klaas BALIJON batterie

Schneider est probablement la meilleure plume dans le domaine de l’arrangement jazz actuel. «Maria Schneider raconte des histoires avec sa musique comme les grands écrivains avec leurs mots », pouvait-on lire à son sujet dans les colonnes du New York Times. Généralement considérée comme l’héritière de Gil Evans dont elle a été l’élève, cette New-Yorkaise native du Minnesota a mis sa patte (élégant mélange de jazz classique et d’avant-garde) au service des plus grandes formations de la planète, à commencer par son propre Maria Schneider Jazz Orchestra.
Son nom s’est imposé tout naturellement lorsque le BJO – le formidable ensemble de Frank Vaganée, Marc Godfroid et Serge Plume, créé il y a quinze ans à Bruxelles sur les décombres de l’orchestre de jazz de la radio-télévision belge – a accepté d’inaugurer en tête d’affiche cette nouvelle saison du Paris Jazz Festival au Parc Floral.

dimanche 7 juin

Diederik Wissels15h
Diederik WISSELS Trio
Diederik WISSELS, Christophe Wallemme et Jan de Haas

Bien connu du public pour son association avec le vocaliste David Linx, ce pianiste hollandais, élevé en Belgique, est exemplaire des rapports étroits qui peuvent exister entre le Benelux et la France, où il enregistre et joue abondamment. Après des études brillantes à la célèbre Berklee School of Music, Diederik s’est illustré un temps aux côtés de Chet Baker et de Toots Thielemans avant de s’engager sur une voie plus personnelle. Pianiste délicat et compositeur subtil, il est un représentant éclairé de cette école de jazz européen qui n’hésite pas à puiser dans l’héritage de la musique classique.

7_06_09-octurn16h30
OCTURN
Guillaume ORTI alto saxophone / Laurent BLONDIAU trompette / MAGIC MALIK flûte / Bo VAN DER WERF bariton sax / Jozef DUMOULIN fender rhodes / Fabian FIORINI piano / Nelson VERAS guitare / Jean-Luc LEHR basse / Chander SARDJOE batterie / Gilbert NOUNO electroniques / special guest Lynn CASSIERS

Depuis plus de dix ans, ce collectif installé à Bruxelles dessine sa propre trajectoire musicale et dépasse les limites communément admises du jazz à force de recherches et d’expériences. Octurn réunit des personnalités musicales hors normes qui exercent une influence notoire sur la scène européenne actuelle. Sa rencontre avec le flûtiste Magic Malik autorise Octurn à toutes les audaces, les galaxies respectives de l’un et de l’autre s’épanouissant vers des horizons insoupçonnés qui ne sont pas sans flirter parfois avec la musique contemporaine.

Week-end n°2 COULEUR NOIRE

samedi 13 juin

13-06-09 Sam Tshabalala13h30 dans La clairière des impros
Sam TSHABALALA
Sam TSHABALALA guitare, voix / Patrick BEBEY percussions, flûtes pygmées, kalimba, chant Jacques DJEHIM guitare / Corine THUY THY vocals

Héros de la résistance culturelle au régime d’apartheid, chanteur et guitariste du célèbre groupe “The Malopoets“, Sam vit en France depuis les années 90. Sa voix douce et joyeuse chante l’Histoire en zoulou, en tsonga… Sa façon d’harmoniser ses mélodies simples et belles s’inscrit dans la tradition unique des chorales d’Afrique du sud. Sam sillonne le monde avec ses projets, lorsqu’il n’est pas l’invité de prédilection de “Ladysmith Black Mambazo“. Entouré de fidèles complices, Sam profite de ce cadre champêtre pour proposer un concert totalement acoustique.

Wasis Diop15h
Wasis DIOP
«Judu bèk»
Wasis DIOP chant / Anthony LA ROSA basse / François CAUSSE batterie, percussions /
Miguel Alejandro BARCELONA accordéon / Olivier AJAVON guitare / Sébastien PERRONET claviers

Ses collaborations éclairées avec des créateurs japonais, jamaïcains, brésiliens, français, américains ou anglais ont fait de ce Sénégalais un maître incontesté de la World Music. Le co-fondateur de West African Cosmos – un groupe d’afro-jazz mêlant influences occidentales et africaines – a laissé son empreinte depuis dans tous les grands festivals de la planète avant de s’imposer comme compositeur de musique de films. Suite au triomphe de son Opéra du Sahel, créé au théâtre  du Châtelet en 2008, et après ses prestations remarquées avec D’ de Kabal et Grand Corps Malade, Wasis propose un show ambitieux, fourmillant d’idées nouvelles. «Par essence, la vie est mouvement, explique-t-il. Le plus grand danger est de rester immobile, musicalement comme au plan spirituel. En tant que musicien, je me dois de toujours aller de l’avant.»

13-06-09 Stephane Huchard16h30
Stéphane HUCHARD
«African Tribute to Art Blakey»
Stéphane HUCHARD batterie / Pierre DE BETHMANN piano / Alexandre TASSEL bugle / Sylvain BEUF saxophone / Diego IMBERT contrebasse / Baba SISSOKO talking drum, percussions / Thomas GUEI percussions

Ce batteur autodidacte a débuté auprès d’un père accordéoniste et peaufiné sa technique dans divers groupes de rock avant d’opter pour le jazz. Old school, latino ou world, en trio comme en big band, Huchard se nourrit depuis plus d’une décennie d’un jazz ouvert sur la diversité, ce qui lui a permis de travailler sur scène comme en studio avec un véritable who’s who du jazz européen (François Jeanneau, Laurent de Wilde, Jacky Terrasson, Stefano di Battista…) avant de se lancer dans ce projet passionnant.
« Parmi les pionniers de la batterie be bop, Art Blakey était à mon sens le plus ‘Africain’ de tous », explique Huchard. « Mon attachement envers cette musique et ma passion des rythmes africains ont suscité l’envie de rendre hommage au grand fédérateur qu’était Art Blakey, mais surtout de mettre en exergue ce lien subtil et parfois fragile reliant deux cultures : Africaine et Américaine. »

dimanche 14 juin

Ablaye and the links15h
ABLAYE
& The Links
Sébastien LE BON batt / Paco CRESPEAU guitare / Martin BALSAN guitare / Timon NICOLAS flûtes, trompette / Julien BONVOISIN basse / Mathieu LASSERE sax / Cheikh DIALLO claviers / guest Jean-Philippe RYKIEL claviers

Aveugle de naissance, le chanteur Abdoulaye « Ablaye » M’baye a grandi au sein d’une famille de griots de Dakar. Après plusieurs années passées dans l’entourage de Youssou N’dour et cinq albums qui ont tous été des best-sellers au Sénégal, Ablaye a décidé d’unir sa destinée artistique à celle de The Links, un groupe solide de musiciens français venant d’horizons musicaux très différents. Au même titre que la voix bouleversante d’Ablaye, cet éclectisme est l’atout maître d’un groupe qui propose une musique originale, métissée de jazz, de m’balaax et de world.

Cheick Tidiane Seck16h30
Cheick Tidiane SECK
«Sabaly Tour»
Cheick TIDIANE SECK claviers, guitare acoustique, lead vocal / Guy NSANGUÉ basse /
Julien TEKEYAN drums / Guimba KOUYATÉ guitare / Madou KONÉ djembé, calebasse /
Fafa RUFFINO choeur / Fatou DIAWARA choeur / Kabine KOUYATÉ vocal + invités surprise

Depuis un quart de siècle, on a pu découvrir le nom de Seck sur un nombre impressionnant d’enregistrements signés Salif Keita, Joe Zawinul, Graham Haynes, Touré Kunda, Mory Kanté, Hank Jones, ou encore Dee Dee Bridgewater que Cheick emmenait récemment au Mali à la recherche de ses racines africaines. C’est toutefois à ses enregistrements oniriques – « MandinGroove », enregistré entre Los Angeles, Paris et New York, et tout récemment «Sabaly» – que cet arrangeur et claviériste de génie doit d’être aujourd’hui sous les feux de l’actualité musicale.

Week-end n°3 CIAO ITALIA

samedi 20 juin

20_06_09 Gianluca Petrella.15h
Gianluca PETRELLA 4tet

Gianluca PETRELLA trombone / Francesco BEARZATTI sax et clarinette / Paolino DALLA PORTA basse / Fabbio ACCARDI batterie

Ce tromboniste de Bari, ancien membre de l’OFP Orchestra sous la direction de Carla Bley, a effectué ses classes aux côtés des plus grands (Lester Bowie, Enrico Rava, Steve Swallow, Marc Ducret, Pat Metheny…) et s’est produit sur toutes les scènes prestigieuses avant de connaître la consécration à la tête de son Indigo 4 au côté de Francesco Bearzatti, Paolino Dalla Porta et Fabbio Accardi. L’album qu’ils ont enregistré ensemble sous les couleurs du célèbre label Blue Note est un monument à la gloire de leur ingéniosité artistique.

Rita Marcotulli16h30
Rita MARCOTULLI
«Us and Them» Hommage to Pink Floyd
RAIZ voix / Rita MARCOTULLI piano / Andy SHEPPARD saxophone / Giovanni TOMMASO contrebasse / Pippo MATINO basse electrique / Fausto MESOLELLA guitare / Michele RABBIA percussions et electroniques / Mark MONDESIR batterie

Cette pianiste romaine reconnaît volontiers que sa maîtrise du jazz doit beaucoup à sa passion pour d’autres écoles musicales, notamment son amour des musiques brésiliennes. Son style empreint d’émotion, parfaitement illustré par les partitions intimistes qu’elle a composées pour le cinéma et le monde de la danse, sait aussi s’émanciper de l’univers intérieur qui la caractérise. C’est ce qu’elle a voulu prouver en imaginant ce projet, consacré au blues-rock psychédélique de Pink Floyd, imaginé avec Andy Sheppard, Giovanni Tommaso, Matthew Garrison, Fausto Mesolella, Michele Rabbia, Alfredo Giolino et Raiz.

france-musiqueCe concert est enregistré par France Musique et sera diffusé les samedi 4 juillet (Rita Marcotulli) et 11 juillet (Gianluca Petrella) à minuit et le vendredi 17 Juillet de 9h à 11h.

dimanche 21 juin

duo Sallis/Bosso14h
Duo Antonello SALIS / Fabrizio BOSSO

Pianiste et accordéoniste d’origine sarde, Salis n’a plus besoin d’être présenté. Musicien autodidacte, attiré par le rock comme par le jazz, il a su se faire un nom sur la scène internationale grâce à sa vision originale et parfaitement ouverte de la musique. Cet ancien membre du Quartetto Nuevo – une réunion d’accordéonistes dans lequel il côtoyait Richard Galliano, Marcel Azzola et Gianni Coscia – a tout de suite répondu à l’appel de l’équipe du Paris Jazz Festival, choisissant de s’exprimer en duo avec le jeune trompettiste Fabrizio Bosso pour cette carte blanche qui lance la Fête de la Musique au Parc Floral.

E. Bex trio15h
Trio BEX / BEARZATTI / GOUBERT • OPEN GATE

Emmanuel Bex (orgue Hammond) et ses complices (saxophone/clarinette et batterie) se démarquent intelligemment de la formule habituelle clavier/basse/batterie. Forts de leur expérience commune avec Glenn Ferris au sein du trio BFG, Bex et Goubert ont été chercher cette fois un nouveau complice de l’autre côté des Alpes. Bearzetti (révélé par son travail avec Aldo Romano et Enrico Rava) apporte beaucoup de lyrisme et de fraîcheur à un projet qui fait l’unanimité dans son sillage. Le répertoire de l’Open Gate Trio se caractérise par un sens de l’ouverture qui convient parfaitement à son appellation.

21_06_09 Musica Nuda16h30
MUSICA NUDA

Petra MAGONI chant / Ferrucio SPINETTI contrebasse

En italien, le nom de ce duo jazz-pop pas comme les autres signifie “Musique nue”. Porté par les acrobaties vocales de Petra Magoni (chanteuse d’opéra de formation, originaire de Pise), Musica Nuda doit beaucoup à la densité rythmique et mélodique tissée par le contrebassiste virtuose Ferruccio Spinetti. Depuis que leur premier album les a fait connaître en 2004, Petra et Ferruccio ont foulé les plus grandes scènes européennes, gagnant partout de nouveaux adeptes grâce à leurs prestations spectaculaires et leur façon unique de réinventer les standards.

Week-end n°4 LE BLEU DES ORIGINES

samedi 27 juin

27_06_09 Roland Tchakounte15h
Roland TCHAKOUNTÉ
Roland TCHAKOUNTÉ voix guitares / Mathias BERNHEIM percussions / Mick RAVASSAT dobro guitares

«Pour connaître l’âme d’un homme, il faut écouter l’émotion qui se dégage de sa musique», aime à dire Tchakounté. Ce maître de l’Afro-blues est tombé sous le charme de la note bleue à l’adolescence en découvrant la musique de John Lee Hooker dans son Cameroun natal. Après des débuts de percussionniste, c’est en tant que chanteur et guitariste qu’il s’est fait un nom en Europe comme aux États-Unis en proposant un gumbo original de racines africaines et d’influences blues, chanté en Bamiléké, sa langue maternelle. Ses compositions lui permettent de créer des atmosphères tantôt joyeuses, parfois sombres, surtout lorsqu’il évoque l’état d’abandon dans lequel l’humanité a laissé le Premier Continent.

27_06_09 Joe Louis Walker16h30
Joe Louis WALKER
Joe Louis Walker guitare voix / Henry Lee Oden basse / Michael J. Torsone claviers / Richard Vaughn Crain batterie / Linwood Lee Taylor Jr. guitare

S’il n’est pas originaire du Mississippi, du Texas ou de Chicago, ce natif de San Francisco a largement contribué à donner un nouveau souffle au blues. Après avoir fait ses classes auprès des plus grands (Lightnin’ Hopkins, Earl Hooker, Michael Bloomfield…), Walker a longtemps parcouru des chemins de traverse avant de trouver son salut dans le gospel, jusqu’à ce que l’appel du blues se fasse entendre au milieu des années 1980. Depuis, Joe Louis a gravi les échelons de la hiérarchie du blues grâce à ses albums novateurs. Également producteur, il reste avant tout un showman flamboyant.

dimanche 28 juin

phil-reptil13h30 dans La clairière des impros
Phil REPTIL

Guitariste, DJ, chanteur, illustrateur, bruitiste tout terrain, Phil Reptil nous emporte à travers son imaginaire débridé dans des voyages délirants aux frontières du jazz, de l’electro, du rock… Avec “La théorie du Reptil“, paru au siècle dernier, il s’affirmait comme un formidable alchimiste, capable de provoquer ses invités (Médéric Collignon, Christophe Monniot, Elise Caron,…). Occupé aujourd’hui par son nouveau projet Osteti et ses collaborations avec la danseuse Carolyn Carlson, il vient au Parc Floral nous proposer sa vision de l’impro lâchée, en duo avec l’univers sonore naturel créé pour le festival par Gaelle Braouezec.

Pura Fé15h
PURA F
É
PURA FÉ guitare et chant / Cary MORIN guitare

Personnification du melting pot des cultures dans le Vieux Sud américain, cette chanteuse et guitariste aux origines multicolores (Pura Fé est amérindienne, mais elle a également du sang italien, porto-ricain et corse !) s’attache à défendre les traditions du peuple Tuscacora de Caroline du Nord : « Les Indiens ont travaillé dans les plantations aux côtés des esclaves africains, explique-t-elle. De cette rencontre sont nées des danses inédites, des pratiques religieuses et culinaires nouvelles. » Lors de ses concerts, Pura Fé (Foi Pure en espagnol) apporte la preuve que ce métissage a également joué un rôle de première importance dans l’émergence du blues, un genre qui occupe une place centrale dans sa musique.

28_06_09 J.J. Milteau16h30
J.J. MILTEAU
«Soul Conversation»
Jean-Jacques MILTEAU harmonica / Manu GALVIN guitare / Michael ROBINSON voix /
Ron SMYTH voix / Gilles MICHEL basse / Eric LAFONT batterie

Fort de son triomphe parisien avant Noël (deux semaines de concerts à guichets fermés au Sunset) dans la foulée de l’accueil enthousiaste réservé à son dernier album en date, le premier des harmonicistes de la planète blues poursuit la Conversation récemment entamée avec les chanteurs afro-américains Michael Robinson et Ron Smyth. On peut s’attendre à ce que leur répertoire teinté de blues, de soul et de country-rock fasse mouche, les voix gorgées de soul de Robinson et Smith, la guitare de Manu Galvin et l’harmonica acrobatique de JJ dialoguant avec une force surprenante.


Week-end n°5 VIENNE/PARIS

samedi 4 juillet

04_07_09 Jus de Bocse15h
M
édéric COLLIGNON 4tet • Jus de Bocse
Médéric COLLIGNON cornet de poche, bugle, voix / Franck WOESTE Fender Rhodes / Philippe GLEIZES batterie / Frédéric CHIFFOLEAU contrebasse

On le surnomme parfois le « Rimbaud du jazz », et pas uniquement parce qu’il est né dans la même ville que le poète du verbe réinventé. Tous deux originaires de Charleville-Mézières, Collignon et Rimbaud ont un penchant marqué pour l’anticonformisme et une même foi dans la toute-puissance de l’intuition. « Ma musique traduit ma vision acoustique du monde », affirme ce virtuose de la trompette et du cornet. Avec le soutien du quartet Jus de Bocse en compagnie duquel il récoltait une Victoire du Jazz en 2007, Collignon donnera ce concert en l’honneur de Mathias Rüegg, qui est l’un de ses fans ardents.

04_07_09 Vienna Art Orchestra16h30
VIENNA ART ORCHESTRA
Mathias Rüegg composition, direction / Ernst Weissensteiner basse / Johanna Gröbner piano / Flip Philipp vibraphone, percussions / Ingrid Oberkanins percussions / Joanna Lewis violon 1 / Mario Gheorghiu violon 2 / Andrew Jesek viole / Michael Williams violoncelle / Matthias Kronsteiner basson / Joris Roelofs clarinette / Vasile Marian haubois / Thomas Frey flûte / Aneel Soomary trompette / Thomas Fischer french horn / Dominik Stöger trombone / Juraj Bartos trompette / Harry Sokal saxes / Nico Gori clarinettes / Corin Curschellas voix

Pourquoi Rüegg a-t-il donné le nom de Vienna Art à son orchestre? Tout simplement parce que la musique reste le pilier de la culture viennoise, et son premier apport au monde des arts. Depuis plus de trente ans, le Suisse Rüegg souhaite apporter la preuve que le jazz orchestral est capable de conserver toute sa pertinence à condition de regarder vers l’avenir, sans pour autant renier la tradition. Fort de nouvelles recrues et d’un répertoire réinventé, le VAO version 2009 mêle jazz et classique dans un même ensemble de modernité, la tension rythmique et l’énergie mélodique donnant naissance à un concept parfaitement inédit.

dimanche 5 juillet

5_07_09 Radio String 4tet15h
RADIO STRING QUARTET
& Klaus PAIER
Bernie MALLINGER violon / Johannes DICKBAUER violon / Cynthia LIAO viole / Asja VALCIC violoncelle / Klaus PAIER accordéon, bandonéon

Leur composition est à l’aune de leur différence : un violoniste d’une petite vallée autrichienne, un autre de Salzbourg (la cité qui nous a donné Mozart), une altiste de Taïwan et une violoncelliste de Zagreb… Le Radio String Quartet est à la fois classique et contemporain, dans ses sonorités comme dans ses objectifs, en particulier lorsqu’il a l’intelligence de se souvenir que l’accordéon est une invention viennoise. Avec le virtuose des anches libres qu’est Klaus Paier en exergue, le RS Quartet se métamorphose en un quintette supérieur qui puise dans le blues l’inspiration d’une nouvelle musique européenne. On ne s’étonnera pas que Mathias Rüegg ait immédiatement pensé au RSQ lorsque la nouvelle équipe du Paris Jazz Festival lui a demandé le nom d’un ensemble viennois d’avenir.

Diagonal16h30
Jean-Christophe CHOLET • DIAGONAL
« French touch »
Jean-Christophe CHOLET piano, composition, direction / David Venitucci accordéon /
Fabrice Martinez et Yann Martin, trompettes et bugles / Vincent MASCART sax soprano ténor / Romain Dugelay sax soprano alto bariton / Geoffroy DE MASURE trombone / Maxime Duhem tuba / Nicolas MAHIEU contrebasse / Christophe LAVERGNE batterie

Alliant la verticalité du jazz (sa longue histoire) à son horizontalité (son universalité), le pianiste, compositeur et arrangeur Jean-Christophe Cholet suggère une troisième voie, oblique cette fois, capable de toucher tous les domaines et toutes les histoires, des plus traditionnels aux plus contemporains. Largement inspirés par le répertoire européen, Cholet et son tentet revisitent de façon très personnelle les paysages humains et musicaux de la France (French Touch), des îles britanniques (English Sounds & Irish Suite) comme de l’Europe orientale (Slavonic Tone). Cholet et Mathias Rüegg partagent une grande connivence artistique qui a débouché sur de nombreuses collaborations au fil des ans. A l’occasion de ce concert, Diagonal pourrait bien se souvenir de la Suite Alpestre, écrite par le compositeur viennois en 1997 à l’intention du grand orchestre de Jean-Christophe Cholet.


Week-end n°6 GYPSY LAND

samedi 11 juillet

11_07_09 Costel Nitescu15h
Cos
tel NITESCU 5tet
Costel Nitescu Violon / Antoine Hervier Piano / Yoann Serra Batterie / Yves Rousseau Contrebasse / Adrien Moignard Guitare

Qu’il se produise dans le cadre d’un concert institutionnel en présence de Bill Clinton ou dans celui, plus informel, d’une fête tzigane, cet ancien premier violon de l’Orchestre National de Radio Bucarest fait preuve d’une virtuosité et d’un sens du swing qui stupéfient la plupart des spécialistes. Grand admirateur de Stéphane Grappelli, Nitescu s’autorise des incursions nettement moins convenues à la tête de son quintette tout en restant fidèle à la tradition tzigane.

11_07_09 Bojan Z16h30
Bojan Z • EXPATRIOTS
Bojan Z piano, fender / Nenad Gajin guitare / Martin Gjakonoski contrebasse / Aleksandar Petrov percussions / Bachar Khalife percussions / Krassen Lutzkanov kaval / Zlatko Baracskai computer platines

Bojan Zulfikarpasic a commencé à jouer du piano à l’âge de 5 ans, alimentant sa passion pour la musique à l’écoute de Bach, Debussy et Ravel, mais aussi des Beatles ou encore du folklore de la Yougoslavie dont il est originaire. Musicien confirmé dans les clubs de jazz de Belgrade à 18 ans, Bojan effectue un premier séjour aux États-Unis avant de s’établir à Paris où il ne tarde pas à se faire un nom (ou plutôt une initiale) dans le milieu du jazz français. Si on peut l’entendre régulièrement avec la crème des créateurs hexagonaux (Michel Portal, Henri Texier, Julien Lourau), il est aussi et surtout un chercheur singulier, en solo comme à la tête de ses diverses formations. Il dispose aujourd’hui d’une stature de pianiste-compositeur incontestable. Expatriots est une formule inhabituelle et spectaculaire dans laquelle Bojan nous replonge délibérément dans ses origines.

dimanche 12 juillet

Bireli Lagrene15h
Bireli LAGRENE «Gypsy Project»
Bireli LAGRENE guitare / Diego Imbert contrebasse / Hono Winterstein guitare rythmique

«Bireli Lagrene est un phénomène de la guitare», affirme le grand John McLaughlin. Avant l’adolescence, Bireli était déjà célébré sur les plus grandes scènes du monde pour sa relecture étonnante de la musique de Django Reinhardt. Si Django est la grande affaire de son enfance, sa virtuosité prodigieuse et son ouverture naturelle à toutes les musiques l’amène à collaborer très vite avec le who’s who du jazz : Jaco Pastorius, Larry Corryel, Jack Bruce, Stanley Clarke, Paco De Lucia, Lenny White et beaucoup d’autres, autant d’expériences qui forgeront son style unique.
Avec son Gypsy project, c’est un retour au source qu’effectue Bireli. Epaulé par des compagnons en osmose millimétrique avec lui, le Gypsy trio est la plus belle occasion d’entendre Bireli Lagrene sans artifice, dérouler l’étendue de sa science de l’improvisation.

12_07_09 Kocani Orckestar16h30
KOCANI ORKESTAR

Ajnur Azizov chant / Turan Gaberov trompette / Nebi Kanturski trompette / Durak Demirov saxophone / Dzeladin Demirov clarinette, chant / Nijazi Alimov tuba baryton / Redzai Durmisev tuba baryton / Sukri Zejnelov tuba baryton / Suad Asanov tuba basse / Vinko Stefanov accordéon / Erdzan Juseinov percussions / Erbil Rasidov tapan

Héritier direct de l’ancienne tradition des fanfares militaires turques, cet Orkestar est l’un des représentants les plus funky du style flamboyant que l’on peut entendre à travers les territoires de l’ex-Yougoslavie. Le groupe, originaire de la ville de Kocani dans la République de Macédoine, propose un mélange de rythmes bulgaro-ottomans et de chansons tziganes, avec une touche latine pour faire bonne mesure. Son incroyable section rythmique (un batteur et quatre tubas) et l’exubérance de ses solistes (sax, trompette, clarinette, accordéon) justifient pleinement la réputation d’un ensemble capable de faire entrer en transe les publics les plus introvertis, en Europe comme en Amérique.

Pour s’y préparer, Simona Jovic initie aux danses rroms cocek et oro des Balkans de 11 heures à 13 heures dans la clairière des impros…

Week-end n°7 BLEU BLANC ROUGE … VERT

samedi 18 juillet

Vincent Courtois15h
Vincent COURTOIS
«What do you mean by silence»
Vincent COURTOIS violoncelle / Yves Robert trombone / Jeanne Added voix / François Merville voix et électroniques

Présent partout où improvisation rime avec création, Vincent Courtois partage régulièrement la scène avec Michel Portal, Marc Ducret, Louis Sclavis et bien d’autres figures charismatiques du jazz actuel. Chacun de ses projets personnels nous fait découvrir un univers sophistiqué et original. Le silence joue bien un rôle crucial dans les expériences musicales de ce violoncelliste et compositeur. En compagnie du tromboniste Yves Robert et de deux des complices avec lesquels était enregistré en 2006 l’album qui donne son nom à ce projet, cet ancien élève du conservatoire explore rythmes et notes avec un sens théâtral surprenant et une conscience aiguë des possibilités acoustiques du son.

groscube116h30
Alban DARCHE
et Le GROS CUBE «Polar Mood & Queen»
Alban Darche saxophones, arrangements, direction / Nathalie Darche piano, clavier, direction / Sylvain Rifflet saxophones, clarinettes / Patrick Charnois saxophone baryton / François Ripoche saxophones / Matthieu Donarier saxophones, clarinettes / Geoffroy Tamisier trompette / Alain Vankenhove trompette / Yannick Neveu trompette / Christophe Lavergne batterie, percussions / Emmanuel Birault batterie, percussions / Gilles Coronado guitares / Sébastien Boisseau contrebasse, basse électrique / Jean-louis Pommier trombone / Daniel Casimir trombone / Pascal Benech trombone basse / F.M. chant / Thomas de Pourquery chant / Arnaud Guillou chant

Lorsqu’il ne sillonne pas les routes à la tête de son trio époustouflant, ce saxophoniste breton compose et arrange, pour les autres, pour lui-même, ou encore pour des projets extravagants à la mesure de celui qu’il réserve au public du Parc Floral à la tête de son Gros Cube polymorphe, polyrythmique et polychrome. Jugez-en plutôt : pas moins de 16 musiciens et 3 chanteurs, avec au programme une réflexion musicale sur les BO de films noirs baptisée Polar Mood, et un hommage au répertoire du groupe Queen. Le Gros Cube est une bonne nouvelle pour le jazz. Ce big band n’a pas la prétention de changer l’histoire du jazz, mais il en marque un jalon. Tout simplement parce que sa musique n’aurait pas pu être écrite et jouée telle quelle auparavant.

dimanche 19 juillet

19_07_09 E. Parisien 4tet15h
Emile PARISIEN  Quartet
Emile Parisien saxophone soprano / Julien Touery piano, objets / Ivan Gélugne contrebasse / Sylvain Darrifourcq, batterie

Les amateurs comme la critique s’accordent à dire qu’Emile Parisien (son vrai nom) est l’une des grandes révélations du jazz français de ce début de millénaire. Élément remarqué de la première promotion du collège « Jazz » de Marciac, ce saxophoniste soprano de 27 ans crevait l’écran dès la sortie de son premier album en 2006. La publication du recueil suivant ce printemps confirmait que Parisien et ses hommes sont à l’aube d’une très belle carrière internationale. Leurs prestations électrisantes sont là pour le confirmer.

19_07_09 Jean-Marie Machado-Danzas16h30
Jean-Marie MACHADO
• DANZAS «Fiesta nocturna»
Jean-Marie Machado piano / Sylvain Gontard trompette / Jean-Charles Richard saxophones Gueorgui Kornazov trombone / Joce Mienniel flûtes / Sergio Carolino tuba / Didier Ithursarry accordéon / Henning Sieverts contrebasse / François Merville batterie

Fort de plusieurs décennies d’expérience, ce pianiste français réputé s’est fait connaître à travers l’Europe grâce aux concerts donnés à la tête du Sextet Andaloucia et du Trio Time, ou bien encore suite à sa collaboration remarquée avec le saxophoniste Dave Liebman. Compositeur prolifique, Machado mêle habilement jazz, classique et musiques du pourtour méditerranéen. Son dernier projet en date, un ensemble de 9 musiciens baptisé Danzas, fait couler beaucoup d’encre depuis quelques mois en proposant une invitation dans l’univers coloré des musiques de danse, de toutes époques et de tous horizons. Fiesta Nocturna nous fait entrer dans la danse des tarentelles et autres sarabandes.


Week-end n°8 KALEIDOSCOPE

samedi 25 juillet

trio J.P. Viret15h
Jean-Philippe VIRET
trio
Jean-Philippe VIRET contrebasse / Edouard Ferlet piano / Fabrice Moreau batterie

Connu pour sa créativité et son imaginaire riche, ce contrebassiste sollicite son instrument dans toute sa profondeur, accentuant sa dimension mélodique. Faisant résonner les basses avec l’archet, il laisse une grande place à l’univers très personnel du pianiste Edouard Ferlet, comme au jeu de batterie foisonnant de Fabrice Moreau.

25_07_09 Richard Galliano16h30
Richard GALLIANO
“LOVE DAY Quartet“ avec
Gonzalo RUBALCABA, Richard  BONA et
Clarence PENN

«Ce programme traduit l’amour constant que je porte à la musique comme à ceux qui m’entourent.» Ainsi s’exprimait Galliano, l’un des musiciens français les plus essentiels de la planète jazz actuelle, à la veille d’enregistrer l’album «Love Day» dans les mythiques studios Capitol de Los Angeles. Si les couleurs cubaines du piano de Gonzalo Rubalcaba sont toujours là, la version concert de ce chef-d’œuvre doit beaucoup à la présence du grand bassiste Richard Bona et du batteur Clarence Penn.

dimanche 26 juillet

Bumcellonathalie-nathiembe15h
BUMCELLO
invite Nathalie NATIEMBE
«NatiemBum»
Cyril Atef percussions / Vincent Ségal violoncelle /  Nathalie NATIEMBÉ voix

L’histoire de ce duo hors du commun est celle de la rencontre improbable entre un Bum (clochard en anglais) et un Cello, un punk hardcore et un élève modèle du Conservatoire de Lyon, un violoncelliste et un percussionniste habitué depuis toujours à taper sur tout ce qui résonne. Déjà impressionnant sur disque, Bumcello est proprement étonnant sur scène, pour oser à cent pour cent la carte de l’improvisation en proposant des concerts inattendus et groovy, imprégnés d’influences afro-latino-européo-orientales. Un événement constamment renouvelé, ainsi qu’atteste la présence de la chanteuse réunionnaise Nathalie Natiembé.

26_07_09 E. Truffazchristophe-vignette16h30
Erik TRUFFAZ 4tet
avec en invité spécial
CHRISTOPHE

Erik Truffaz trompette / Patrick Muller piano fender rhodes / Marcello Giuliani  basses / Marc Erbetta batterie percussions

La trompette d’Erik Truffaz est sans conteste la voix la plus expressive d’une nouvelle école ouverte à toutes les expériences. Lorsque Truffaz et le chanteur Christophe se sont croisés par hasard sur un plateau de télévision, quelque chose s’est passé entre deux hommes qui n’avaient apparemment pas grand chose en commun. Apparemment seulement, car le chanteur et le trompettiste se sont découvert bien des points communs, au point de développer une amitié qui a trouvé son prolongement en studio lorsque Christophe faisait une apparition remarquée sur l’album Arkhangelsk d’Erik. Christophe, enthousiaste à l’idée de conclure cette édition du Paris Jazz Festival avec Erik et son quartette, a promis de faire des étincelles : on peut être certain qu’il tiendra parole.


Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :